Rechercher

Mais pourquoi mon enfant fait-il des crises ?

Dernière mise à jour : 12 avr. 2021




Et pourquoi les crises viennent-elles ébranler mon sentiment de compétence parentale?


Suis-je témoin quotidiennement de crises que fait mon enfant? Est-ce plus intense depuis que je suis chez moi, à la maison, avec eux? Est- ce plus présent quand je parle au téléphone avec mes collègues, amis ou famille ?

Avant les évènements que l’on connaît actuellement, qui n’a pas déjà été témoin d’une crise de son enfant en plein magasin ? Ou devant la visite? Ou simplement à la maison à tous les matins lors du départ pour la garderie ?


Les crises chez nos enfants, génèrent souvent de l’exaspération, de la honte devant les autres, du malaise et cela met à l’épreuve notre patience. Cependant, la crise en général (qu’elle soit financière, pandémique ou de colère) est souvent essentielle pour faire des prises de conscience, pour se remettre en question, pour changer nos pratiques, pour évoluer comme parent ou comme société… Mais ce n’est pas toujours évident au quotidien.


ET si on évitait de croire à un échec de nos compétences parentales lorsqu’il y a des crises chez nos enfants?


ET si, plutôt, on voyait la crise comme un processus de croissance et d’apprentissage pour nous et notre enfant?


ET si, comme parent nous lui avons appris à marcher, à tenir son verre seul, à devenir propre…. Notre rôle peut-il être, aussi, de lui apprendre à exprimer sa colère adéquatement, à s’apaiser plus rapidement quand il se sent comme un volcan en explosion et à faire confiance à l’autre (les adultes qui l’entourent) pour l’aider quand ça ne va pas ?


Les crises sont saines dans la mesure où elles sont porteuses d’évolution. Mais comment aller puiser dans ma patience pour y arriver? Comment éviter de me sentir incompétent («pas à la hauteur»)?


Il faut se rappeler quelques détails pour mieux comprendre et passer au travers de ces moments inévitables chez l’enfant…

1- Sa personnalité :


Un enfant qui s’excite lors d’un petit bonheur, court partout, crie sa joie et a de la difficulté pour retrouver son calme quand il a du plaisir, aura le même problème multiplié par 5 lorsqu’il vivra de la frustration, de la colère, de la déception, de l’injustice, de la peine ou de l’incompréhension. Il a peut-être une personnalité extravertie. Il est peut-être très expressif et il vit les émotions de façon très intense… Il aura possiblement des crises plus démesurées (ou plus fortes). Il est fort à parier qu’il vous fera entendre son mécontentement comme il vous exprime sa joie.


Des enfants extravertis, expressifs et vivant les émotions intensément, tant positives que négatives, ne vivront pas les choses de la même manière que des enfants introvertis, peu expressifs et renfermés… On est tous d’accord là- dessus, non?


2- Bien connaître le développement de l’enfant :


Il est important de se rappeler que lors du développement de l’enfant, on y retrouve, entre 18 mois et 5 ans, un moment normal où l’enfant fait des crises… Pourquoi ?


• Pour se faire entendre.

• Pour s’exprimer (parfois par manque de mots): pour dire j’ai peur, je n’aime pas ça, je ne me sens pas bien.

• Pour gérer sa colère, le sentiment d’impuissance, la frustration.

• Pour tenter de calmer l’explosion d’émotions.

• Pour avoir de l’aide, de l’attention.

• Pour garder son rôle dans la famille.

• Pour se faire reconnaître au sein d’un groupe.

• Par imitation.

• Parce qu’il ne connaît pas d’autres moyens de se faire entendre.

• Parce qu’il a déjà obtenu quelque chose de cette façon.

• Pour que les choses changent.

• Parce qu’on lui demande de faire quelque chose d’impossible selon lui à ce moment précis


Les raisons peuvent être multiples et à l’infini…


Vous êtes dépassés actuellement et vous cherchez de l’aide immédiate ?


Contactez-nous pour avoir une rencontre à domicile ou en visioconférence avec une éducatrice spécialisée /coach familial.



COMMENT FAIRE ET COMMENT LES PRÉVENIR


Mais comment faire si mon enfant fait des crises?


Nommer son émotion : « Je vois que tu es très fâché », « j’entends que tu es en colère, je peux t’aider, qu’est-ce qui se passe? ». Ces phrases peuvent aider à l’apaiser, car il est entendu (Ne pas insister, car vous risquez de le provoquer).


➢ Vous pouvez l’observer de loin (ou de proche pour assurer sa sécurité) et lui dire que vous êtes là pour lui, en restant très calme tout en continuant vos occupations au besoin. Ne pas le raisonner, car il n’est plus apte pour vous écouter. S’il est réceptif et vous, très calme, vous pouvez le serrer dans vos bras pour l’apaiser, mais sans lui parler. Vous accueillez sa colère.

Éviter le retrait, le plus possible, car votre enfant souffre et il a besoin de vous.


➢ Quand il s’apaisera, tentez de parler de ce qui l’a mis en colère. Mettez des mots sur les évènements.


➢ Ensemble, trouvez des moyens pour exprimer sa colère adéquatement. Peut-il frapper dans un coussin, dessiner sa colère, faire des respirations, prendre une pause? Dites-lui ce qui est interdit lors d’une colère: frapper les autres, lancer des objets, etc. ​VOYEZ-LE COMME UN MOMENT D’APPRENTISSAGE… ​Son cerveau est en développement et il a besoin de quelqu’un pour le rassurer et le ​guider.


Comment les prévenir?


- En lui offrant une routine stable (dodo, alimentation, moments de jeux…), cela évite qu’il soit irritable. - En prenant votre temps… Son délai n’est pas le vôtre. PATIENCE !


- Assurez -vous que son environnement est adéquat pour lui (les choses qu’il peut prendre et manipuler).


- Faites des petites mises en situation pour faire des apprentissages surtout si les colères arrivent souvent dans les mêmes circonstances.


- Informez -le de vos attentes (ce qui est acceptable quand on est fâché et ce qui ne l’est pas).


- Faites diversion avec un jeu ou détournez son attention juste au moment où vous voyez les signes de la colère monter.


- Il apprend par imitation donc montrez-lui comment vous gérez vos colères.


- Félicitez-le pour ses efforts même s’ils sont minimes.


Il n’est pas possible (ni souhaitable) d’éliminer les crises, mais vous pouvez aider en réduire l’intensité et la fréquence.


Je vous invite à poser un regard différent sur votre enfant qui fait des crises…même si vous avez l’impression qu’il fait exprès.

Est-ce vraiment la raison de sa colère (faire exprès) ????

Vous pouvez vous aussi grandir vers plus de bien-être en prenant action en accompagnant votre enfant lors des crises.


Vous avez besoin d’aide? Consultez l’équipe d’éducatrices spécialisées et coach familial pour prendre un rendez-vous.


Nous sommes présentement disponibles à venir à domicile ou en visioconférence pour vous aider dans le confort de votre foyer!


Sources :

- https://naitreetgrandir.com/fr/etape/1_3_ans/comportement/fiche.aspx?doc=ik-naitre-grandir-enfant-crise-de-colere-intervenir-prevenir


-Nancy Doyon tiré du site : www.sosnancy.com/12-trucs-pour-accompagner-lenfant-en-crise


71 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout